Home

Mais qui écrit encore des lettres en 2012 ? Pas seulement les personnes âgées : certains jeunes prennent encore la plume et inventent de nouveaux usages pour la lettre, tout en cultivant une certaine nostalgie pour les correspondances passées.

De ses correspondances passées, Inès Roux de Bézieux, 83 ans, fait des petits paquets dans son grand appartement avec vue sur la Tour Eiffel. « Il y en a tellement, je n’ai plus assez de toutes mes commodes pour les ranger ». Tous les soirs, avant de s’endormir, elle tire au hasard une ou deux lettres parmi toutes celles que son époux, décédé il y a 12 ans, lui a écrites. Petits billets, courtes et longues missives à l’écriture aérée et ronde : c’est une « nourriture » sans laquelle Inès se sentirait « malheureuse ». « Avant de partir en voyage, il arrivait toujours une demi-heure à l’avance à la gare pour m’écrire une lettre et la poster. Je la recevais le jour-même, puis une autre le lendemain et encore une autre le surlendemain », raconte-t-elle.

Inès Roux de Bézieux avec son paquet de lettres 1Inès Roux de Bézieux (source: Anaïs Moutot)

Qui, dans la génération née après l’avènement d’Internet, pourra encore se vanter d’une telle collection lorsqu’il aura atteint 83 ans ? Pas grand monde, selon Florent, facteur déservant le boulevard Arago à Paris. Dans sa besace, « il n’y a presque plus de lettres personnelles, ni de cartes postales ». Sébastien Richez, chargé de recherche au Comité pour l’histoire de La Poste, estime que cette catégorie de lettres ne représente « plus que 3 à 5% de la totalité du courrier ». L’ampleur du phénomène est cependant difficile à mesurer car la Poste ne peut pas faire la différence entre les lettre écrites au notaire, à la Sécurité sociale ou à un proche. Elle range donc ces différentes lettres dans la catégorie « courrier des particuliers ». Entre 2009 et 2010, le volume de celui-ci a diminué de 6,7%. Globalement, tout les types de lettres sont touchés par la numérisation : la Poste prévoit une diminution de 30% du volume global du courrier d’ici à 2015.

Les résistants

Les lettres et les cartes postales ne sont pourtant pas vouées à disparaître. Selon Sébastien Richez, « il y aura toujours des irréductibles de la plume. On assiste un peu au phénomène du village gaulois résistant à l’envahisseur romain, qui s’inscrit dans ce mouvement plus général de retour à la slowlife ».

Ces résistants du courrier sont de jeunes adultes, dont certains sont très connectés. Emmanuel, « twitto» compulsif, a mis au point la « twarte postale », une carte postale écrite à la main avec un message respectant la limite de 140 mots imposée sur Twitter et envoyée à ses followers. Il souhaitait passer de Twitter à la boîte aux lettres pour « incarner la personne »,  transformer le pseudo en nom et adresse, voire en personne en chair et en os. Dans 80% des cas, sa carte postale à des followers inconnus a abouti à une rencontre « dans la vraie vie ».

Un objet précieux

La rareté des lettres ou des cartes, noyées par les mails et les messages Facebook, a transformé leur rôle, les faisant passer d’un moyen de communication quotidien au statut d’objet précieux. Magali, 23 ans, étudiante en médecine à Paris, parle de « petit cadeau », Bérengère, étudiante en paysagisme à Marseille, de «quelque chose de réel qu’on peut aimanter sur le frigo de la cuisine».

Magali 1Magali (source: Anaïs Moutot)

Si les papeteries ferment à la chaîne, L’Ecritoire, dans le IVème arrondissement de Paris, tire son épingle du jeu en intégrant cette évolution des usages dans le choix de ses produits. Dans cette minuscule boutique, on ne trouve pas d’enveloppes bristol blanches, mais des « enveloppes loufoques », sortes d’origamis aux formes multiples – losange, hexagone, cercle, rectangle – avec une petite carte à l’intérieur. « C’est par le développement de formats particuliers qu’on peut s’en sortir », estime Laurence.

Quand écrire devient un jeu

Car écrire une lettre est désormais considéré comme une activité ludique. Contrairement aux lettres d’Inès, rédigées sur un papier quelconque – un bloc-notes, une feuille quadrillée, du papier à lettres récupéré dans une chambre d’hôtel –, celles des jeunes doivent avoir une apparence soignée et « personnalisée ». « Je n’achète pas de carte postale si je n’en trouve pas une qui corresponde exactement à la personne à qui je souhaite écrire », explique Bérengère. Elle porte une attention toute particulière à l’esthétique de ses courriers, utilisant toujours des timbres à motifs ou mêlant les enveloppes et les papiers de couleurs différentes.

Beaucoup de jeunes « jouent à l’ancien temps » quand ils écrivent à la main, explique Laurence. L’écriture d’une lettre s’inscrit donc dans une nostalgie d’un passé fantasmé, dans la lignée de la mode Instagram, consistant à vieillir ses photos numériques pour leur conférer plus d’authenticité. L’Ecritoire vend ainsi 10 fois plus de plumes et d’encriers que de stylos à plume, pourtant bien plus pratiques pour écrire. Depuis 4-5 ans, le sceau, un autre objet suranné rencontre un fort succès : « On est passé de 5 à 32 modèles de sceaux et de 3 à 22 couleurs de cires ! », s’étonne Laurence. Magali recherche souvent ce côté vintage dans ces lettres : « J’ai longtemps fait un sceau avec le bouton de mon jean mais j’ai aussi acheté une machine à écrire, pour le côté poète à l’ancienne ».

plumes 1Les plumes de l’Ecritoire (source: Anaïs Moutot)

Mais à qui écrivent tous ces irréductibles ? Avant tout, à leurs amoureux et amoureuses. Laurence a beaucoup de jeunes couples comme clients. « Avant j’avais des vieux, maintenant j’ai des personnes jeunes à 80%, dont beaucoup de personnes amoureuses, qui vont notamment s’écrire dans le cadre d’une séparation momentanée, par exemple quand l’un d’entre eux part dans le cadre d’Erasmus », raconte-t-elle. Depuis le départ de son copain à Poitiers, Magali a constitué une réserve de cartes postales de paysages romantiques parisiens. Un soir par semaine, elle en sort une de son tiroir pour « lui dire les trucs qu’ [elle] ne pourrait pas lui dire autrement ». Un usage qui semble voué à l’éternité.

Anaïs Moutot

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s