Home
55 % des retraités et 75% des personnes âgées de 70 ans et plus ne disposent pas de connexion Internet, alors que la moyenne nationale est de 25%, d’après une récente étude publiée par Havas. Mais certains seniors ne souhaitent pas passer à côté de leur temps et voient en l’informatique une opportunité pour se distraire. En 2011, 28% des plus de 70 ans plus sont équipés d’un ordinateur, contre seulement 9% en 2003. Les initiations à l’informatique proposées par divers centres sont une opportunité pour les seniors de se familiariser avec l’outil, et pourtant, à la sortie de ces cours, les élèves ne semblent pas avoir progressé, au contraire…

Au centre d’animation Daviel (Paris XIIIème), huit personnes, cinq femmes et trois hommes, prennent place dans une petite salle équipée d’ordinateurs pour un cours d’initiation à l’informatique. Christiane, bien habillée, bien coiffée et bien maquillée, est la benjamine du groupe, elle a 62 ans. De l’autre côté de la salle, Annie, ainée de 80 ans, avec son gilet en tricot gris, ne comprend pas pourquoi son ordinateur ne fonctionne pas. Il n’est pas allumé… Pourtant, il s’agit du cours niveau intermédiaire.

Centre Daviel(source: Paul Pradier)

Le professeur, Olivier, la cinquantaine, mal rasé, l’air fatigué, débute son cours. Le dernier de la session. Il explique qu’aujourd’hui, « cela sera ludique ». Pourtant, rapidement, il se lance dans des explications très (trop ?) techniques. L’auditoire, lui, écoute, concentré.  « Réseaux », « serveur », « Interface graphique », «TCP/IP » « carte mère », les termes fusent. Et la détresse se lit sur les visages dans l’assistance. Les seniors semblent progressivement se noyer au milieu de ce vocabulaire complexe.

Slimane, 65 ans, suit des cours d’informatique depuis presque 10 ans et dit avec humour être « un spécialiste des stages». Il possède, comme 69% des 60-69 ans, un ordinateur à domicile. Ils n’étaient que 21% en 2003.  « Mais Unix, c’est un ordinateur portable ? » s’interroge-t-il. «Non, c’est un système d’exploitation à part entière,» répond le professeur, «en plus c’est un système en réseau, de là découlent les fameux Linux. »

« On ne peut pas s’acheter un Linux ? Ça n’existe pas ? » demande Annie, complètement perdue. « Non,» dit-il, «Linux c’est un système d’exploitation qui vient de la base Unix ». Annie soupire. Le prof poursuit « Il y a une couche Windows et une couche Mac qui exploitent une couche Unix ». Les seniors semblent être complètement égarés, et ne comprennent pas l’utilité des explications complexes données par Olivier. Ils n’osent pourtant pas lui faire part de leurs incompréhensions.

Après 45 minutes, on passe à la partie pratique. L’auditoire ne cache pas sa joie. « Ouvrez un navigateur», dit l’intervenant. La plupart des personnes ouvre la messagerie Outlook, tandis qu’une autre opte pour le traitement de texte Word. Les cinq premières sessions ne semblent pas avoir porté leurs fruits.

Olivier utilise une ruse pour mieux se faire comprendre. « On peut avoir le Petit Prince chez Flammarion, Seuil ou Livre de Poche, mais le texte reste le même. C’est pareil pour Internet, les résultats des recherches seront identiques, même si les navigateurs tels que Firefox et Mozilla sont différents. »

Après deux heures, les participants se dispersent, visiblement un peu fatigués. Pas sûr qu’ils aient appris grand-chose aujourd’hui. Olivier reconnait avoir été un peu trop technique dans ses explications. «La semaine prochaine les élèves évalueront le cours, on verra ce qu’ils en ont pensé,» conclut-il.

« Pour éteindre ma bécane, il faut appuyer sur démarrer »

Pierre, pédiatre retraité de 68 ans qui vit en banlieue Sud de Paris, a lui une bien mauvaise opinion de ces formations. Il y a quelques années, il avait tenté de suivre des cours d’initiation. « Je m’y suis littéralement endormi ! Toutes ces explications très techniques ont glissé sur moi comme l’eau sur les plumes d’un canard. » D’autant plus que les difficultés d’apprentissage de l’informatique rencontrées par son associée et sa femme ne l’ont pas encouragé à persévérer. « Je voudrais savoir utiliser un ordinateur, mais sans avoir à passer par des formations techniques qui ne m’intéressent pas ».

Central Daviel 2(source: Paul Pradier)

Lucienne, 79 ans, habite dans un foyer de logement pour personnes âgées dans le XVème arrondissement de Paris et abonde dans le même sens. Lorsqu’on lui parle des cours d’informatique, elle s’irrite « ils nous formaient comme des ingénieurs avec leur Excel ». Elles sont quelques-unes dans ce foyer à s’être mises à l’informatique. Néanmoins elles restent dubitatives quant à la « logique» de l’utilisation des ordinateurs : « pour éteindre ma bécane, il faut appuyer sur démarrer…» s’étonne Lucienne. Elle possède un ordinateur portable depuis une dizaine d’années. 13% des personnes âgées de 70 ans et plus sont équipés de portables, une hausse de 8% par rapport à 2007. Elle se débrouille sur Internet, est capable d’écrire des mails. Quand elle a des problèmes, elle fait appel à ses petits-enfants : l’entourage vient à son secours et trouve souvent la solution aux obstacles rencontrés.

« Zizi », de son surnom, a 82 ans. Elle ne peut pas compter sur son petit-fils qui habite à Montréal pour résoudre ses soucis informatiques. En revanche elle dialogue avec lui grâce à Skype, qu’elle a installé sur « sa machine » il y a quelques mois. Elle gère parfaitement son logiciel de photos, adore en recevoir et sait les classer.

Barbara, 74 ans, est-elle une fan invétérée. «  C’est festif de naviguer sur Internet, je peux passer des heures entières sur Google Map, Wikipédia et des sites d’informations».

Elles sont toutes les trois unanimes : c’est un moyen extraordinaire pour communiquer avec leurs proches qui sont éloignés.

La relation entre les personnes âgées et les ordinateurs nous est résumée par Helene, 67 ans. « L’informatique c’est génial, mais c’est redoutableNous ne dominons pas la machine, c’est elle qui nous domine. Et pourtant, par moment, j’ai l’impression de la maitriser : j’ai envie de savoir la date de naissance Jules César ? En 30 secondes, j’ai la réponse et c’est jouissif. »

Paul Pradier

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s