Home

Une partie des Français n’a toujours pas accès à Internet ou alors en fait un usage très restreint. Des associations tentent de limiter cette fracture.

5094020069_00e3616315_b(source : Flickr/CC/DaveOnFlickr)

7 millions, c’est le nombre de Français qui n’ont toujours pas accès à Internet aujourd’hui.

Cette fracture numérique touche essentiellement les personnes déjà victimes de la fracture sociale : personnes âgées, foyers modestes, non diplômés. 85% des plus de 75 ans n’ont pas d’accès à Internet, 34% des personnes à faibles revenus et 50,5% des moins diplômés, selon le Centre d’analyses stratégiques.

Face à ce constat, de plus en plus d’associations se sont engagées dans la réduction de cette fracture. C’est le cas de Renaissance Numérique, un think tank créé en 2005.

« Nous avions un but lors de notre création : atteindre 80% de taux d’équipement numérique dans les foyers français en 2010. Mais l’objectif n’a pas été atteint », explique Loïc Bodin, délégué général de l’association. Le think tank ne baisse pas pour autant les bras. De nombreux projets font encore leur chemin.

Pour réhabiliter les ordinateurs usagés, l’organisme fonde en 2008 le label ordi 2.0 avec la Délégation aux usages de l’Internet. Le principe : recycler des ordinateurs déjà utilisés par les écoles, les associations ou les entreprises. « Les ordinateurs encore utilisables sont vendus entre 80 et 100 euros aux écoles et usagers privés.»

Car la fracture numérique est aussi un enjeu territorial, l’association travaille en étroite collaboration avec les parlementaires « pas tout à fait à l’aise avec l’outil numérique » à travers une initiative locale.

« Le réseau Social Nextwork part du principe qu’il n’y a pas mieux placé qu’un expert en numérique, issu de la circonscription d’un député pour le sensibiliser à nos problématiques : qu’est-ce que l’économie numérique, quel rôle peut-elle jouer dans le désenclavement des territoires, qu’est-ce qu’elle peut apporter aux décrocheurs scolaires ?», précise Loïc Bodin.

Autant de mesures qui ont contribué à la reconnaissance de l’association dans le monde du numérique. Mais « toutes n’ont pas été couronnées de succès. »

Comme cette proposition « d’émission de télévision pédagogique pour montrer les bienfaits de l’usage du numérique dans la vie de tous les jours », avoue le délégué général de Renaissance Numérique. Avant de poursuivre : « On avait eu des dizaines de rendez-vous au ministère de l’Economie numérique, mais aussi avec des chaines de télévision, des acteurs qui pourraient bénéficier au financement. Mais le projet n’a pas été entendu. » Le think tank continue de travailler sur des projets qui « contribueraient à accélérer la réduction des fractures numériques dans les foyers. »

L’Association des Villes et des Collectivités pour les Communications électroniques et l’Audiovisuel (Avicca), quant à elle, a fait le choix d’accompagner les acteurs politiques locaux dans la lutte contre la fracture numérique.

« Les acteurs locaux –maires, conseils régionaux, généraux – sont confrontés à un certain nombre de difficultés comme le manque de moyens financiers et l’augmentation des acteurs sur les projets d’aménagement du numérique » explique Patrice Simon, chargé de mission à l’association.

Autant d’écueils qui les empêchent d’installer correctement les infrastructures numériques nécessaires aux citoyens.  « Nous mettons en place une veille juridique et technique et donnons des conseils sur les bonnes pratiques. » Grace à l’action de l’association, les collectivités territoriales sont juridiquement reconnues comme des acteurs majeurs dans l’aménagement numérique du territoire. Elles ont aujourd’hui une compétence Télécom qui leur permet de travailler sur la réduction de toutes les fractures numériques. Depuis peu, l’Avicca appelle à la création d’un ministère entièrement  consacré au numérique.

Amel Saadi

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s